Un collectif féministe veut visibiliser la dimension féministe du Rojava

Réseau d'informations libres du Kurdistan - 31/10/2014

Le collectif de solidarité féministe avec les combattantes de Kobané dénonce le soutien du gouvernement Hollande au projet de la zone tampon défendue par la Turquie.

Récemment créé pour organiser une mobilisation féministe en France, en soutien à Kobanê et pour visibiliser la dimension féministe du projet social à Rojava qui est aujourd’hui menacée, le collectif organisera une conférence de presse pour annoncer le départ, le 6 novembre, d’une délégation féministe à la frontière entre la Turquie et la Syrie.

La conférence aura lieu le 5 novembre à 11h au Planning Familial de Paris, situé au 10 rue Vivienne, 75002 Paris.

Dans un communiqué, le collectif affirme qu'il s’agit d’apporter sur place son soutien aux groupes de femmes et aux actions qu’elles mènent dans les camps de réfugié-e-s et dans les institutions politiques locales.

Au retour, la délégation féministe pour Kobanê rédigera un rapport sur la situation des femmes dans cette région.

Le collectif souligne que l’organisation politique de Rojava (Kurdistan syrien) est un combat féministe, attirant l'attention sur la présence des femmes à tous les échelons politiques et dans les unités multiethniques et multiconfessionnelles de défenses du peuple (YPG) comme combattantes, création de maison des femmes, d’assemblées populaires et d’académies pour les femmes, mais la création des unités non-mixtes de défense des femmes (YPJ) pour s’organiser contre les violences masculines, et aujourd’hui pour défendre la population contre les attaques de Daesh.

"Les combattantes de Rojava sont engagées pour un projet social qui remet en cause le patriarcat et l’État-nation, qui défend l’auto-détermination des peuples et l’émancipation des femmes" dit le collectif.

Les féministes dénoncent le soutien du gouvernement Hollande au projet de la zone tampon défendue par la Turquie, qui est récusée par les combattant-e-s de Rojava comme une nouvelle tentative d’occupation.

Elles dénoncent aussi le refus de l’État français d’ouvrir les dossiers concernant l’assassinat de trois militantes Kurdes commis en plein Paris, en janvier 2013, au su et au vu des services de renseignements français.

"Nous soutenons les combattant-e-s de Rojava :

dans leur refus d’une intervention des armées impérialistes par voies terrestre, qui, quels que soient leurs noms (« lutte contre la barbarie » ; « mission civilisatrice » ; « défense des femmes ») ne propagent que la guerre et la misère pour les peuples et les femmes, comme en Irak, en Afghanistan, en Palestine, en Centrafrique ...

dans leur demande de l’envoie d’armes sans condition

Lors de cette conférence de presse, interviendront notamment :

- Cingi Kocadost et Magdalena Brand, représentantes du collectif de solidarité féministe

- Nursel Kiliç, Présidente de la Fondation Internationale des Femmes, Membre de représentation internationale du Mouvement des Femmes kurdes (IRKWM)"

Réf : http://www.actukurde.fr/actualites/704/un-collectif-feministe-veut-visib...