Merhaba Hevalno n°7

Avec un peu de retard, nous tenons quand même à marquer le premier anniversaire de ce projet informatif qu’est le Merhaba Hevalno (“Salut camarades !”). Le 1er octobre 2015, nous avions lancé le tout premier numéro de notre revue de presse, à l’époque hebdomadaire, sur l’actualité du Kurdistan, en réaction à la guerre à nouveau déclenchée par l’État turc contre le Kurdistan Nord. Une petite équipe s’était alors formée pour relayer le plus d’informations possible sur l’évolution de la guerre, mais également sur la résistance du mouvement de libération kurde. Après 12 numéros, soit 3 mois, l’aventure éditoriale a pris une autre tournure : un mensuel, nourri de textes d’analyse, en plus de brèves pour suivre l’actualité. Nous en sommes aujourd’hui au 9ème numéro, avec de plus en plus de lectrices et de lecteurs.

Comme nous sommes un peu oldschool, nous croyons encore à la diffusion papier de cette revue, mais nous n’avons pas les moyens de l’assurer de notre côté, nous comptons donc sur vous pour la photocopier et la diffuser autour de vous. Il y a un an, nous espérions naïvement que ce projet de revue de presse ne durerait que le temps que la tension redescende, mais la situation n’a fait que s’aggraver, surtout à cause du mégalomaniaque Erdoğan, qui s’est lancé dans une « croisade » anti-Kurdes, créant les bases d’une véritable guerre civile en Turquie, et reversant de l’essence sur le feu du Moyen Orient, dans l’espoir de devenir le Sultan de la région entière. Ce mois-ci nous nous focalisons sur deux gros dossiers qui illustrent l’escalade de la guerre. En Turquie, c’est l’arrestation des leaders kurdes, et plus spécifiquement des député.e.s qui étaient un peu les seul.e.s à ne pas encore être tombé.e.s dans les filets de la répression. C’est sans doute la dernière étape dans l’illégalisation des partis DBP et HDP. Pendant ce temps en Irak, c’est la fameuse « opération Mossoul » qui a finalement été lancée par un mélange inédit de forces militaires. Mossoul étant la capitale de l’État Islamique, sa reprise prend une signification politique primordiale. Depuis des mois, les dirigeants des puissances régionales et mondiales se servent de cette perspective de « libération » pour leur propagande anti-terroriste.

C’est à partir de maintenant que va se jouer ce qui reste la question centrale, mais pas du tout résolue, à savoir : qui va succéder à l’État Islamique ? Comment va se répartir le pouvoir entre les différentes forces militaires qui participent à sa chute ?… Cette bataille est sans doute un moment charnière dans la géopolitique mondiale, certains analystes parlent même de « 3ème guerre mondiale » tellement les enjeux qui s’y jouent sont d’échelle planétaire.

Mais tous ces combats militaires et ces sublimes démonstrations du pouvoir patriarcal ne nous font pas oublier que ce sont les gens qui, à la base, en sont les premières victimes (touchées par l’exil, la prison, les armes chimiques, la mort), mais qui continuent aussi de se battre pour développer leur révolution, en particulier au Rojava. Un très beau texte de Dilar Dirik, cette chercheuse kurde dont on ne se lasse pas de relayer les articles, nous emporte dans la (re)découverte de cette révolution au nord de la Syrie. Ce texte étant très long, nous avons choisi de traduire ce mois-ci la première moitié ; la suite, très prochainement… Puis Kedistan – dont nous reproduisons également plein de textes – nous fait partager un témoignage d’une personne intersexe et son expérience en tant qu’enfant intersexe au Bakur. Notre intention n’est clairement pas de montrer comment les discriminations de genre sont abominables là-bas loin de chez nous ; au contraire, ce texte nous rappelle comment l’intersexualité est toujours un sujet tabou en France (à tel point que des mutilations sont pratiquées à la naissance pour tenter de cacher son existence).

Nous clôturons encore une fois cette revue avec l’amère sensation de ne pas contribuer assez à faire connaître la réalité du Kurdistan et les enjeux politiques qui s’y jouent en ce moment, et de ne pas faire partie d’un véritable élan qui crie haut et fort sa solidarité. Le mouvement kurde ne cesse de lancer des appels à la solidarité, souvent tournés vers les politicien.nes, qui ont plus de chance de faire changer les choses, certes, mais tous les gestes de solidarité sont les bienvenus. Le mouvement des femmes appelle régulièrement les femmes du monde entier à se montrer solidaires. Nous vous rappelons qu’une campagne est lancée sur le site de Kedistan pour envoyer des cartes postales aux prisonnières kurdes en Turquie.

Image à la une : L’arrestation de la Coprésidente du DBP Sebahat Tuncel, à Diyarbakır.
SOMMAIRE

Edito p. 2

Détruire le mouvement kurde
Anéantir le peuple kurde et ses représentants p. 3
Lettres de Demirtaş p. 4
Être une erreur kurdo-turque p. 5
« Je détruirai les prisons avec mon stylo et mon pinceau » p. 8

Être un enfant intersexe en Turquie. p. 10
Le Rojava : oser imaginer [partie 1] p. 11

La Bataille de Mossoul
La question kurde et l’opération de Mossoul p. 14
Mossoul, clé de l’avenir d’un irak unifié p. 16
Entretien avec Bese Hozak, co-présidente du KCK p. 19
Libération de Mossoul ? p. 21
Dans votre « monde » et le nôtre p. 22
Glossaire & agenda p. 24
Solidarité avec les prisonnières p. 24

* * *

Nous voudrions, en publiant ce bulletin Merhaba Hevalno, mettre en mots et en acte notre solidarité avec les mouvements de résistance au Kurdistan.

Ce bulletin mensuel autour de l’actualité du Kurdistan est notamment rédigé depuis la ZAD de NDDL, mais pas seulement ! Un certain nombre de camarades de Toulouse, Marseille, Angers, Lyon et d’ailleurs y participent…

Pour nous contacter : actukurdistan[at]riseup.net