Merhaba Hevalno n°12

EDITO

Nous voici déjà au douzième numéro du Merhaba Hevalno mensuel, ce qui veut dire que l’aventure qu’est l’édition de ce bulletin dure depuis maintenant un an. À vrai dire, avant la publication du premier numéro mensuel en février 2016, il existait déjà une brochure hebdomadaire du même nom, qui résumait les infos parues en anglais sur les médias kurdes de Turquie, principalement sur la guerre que l’État turc venait de relancer au Bakur, mais aussi sur les développements du système autonome du Rojava (en Syrie). À cette époque, suite à la bataille très médiatisée de Kobanê et face au silence assourdissant des médias occidentaux sur les massacres perpétrés par l’État turc, la publication d’une revue de presse hebdomadaire était motivée avant tout par la double envie de mieux comprendre les mouvements révolutionnaires au Kurdistan et de les faire connaître plus largement. Nous avons passé des heures à chercher des informations sur internet, les traduire puis les imprimer au format d’une petite brochure pour ensuite les emmener sur les marchés ou les poser sur des tables de presse ou dans des snacks kurdes.

La situation au Bakur nous semblait trop grave, trop urgente ; une fois lancée la revue, on ne pouvait plus s’arrêter de relayer les news chaque semaine, on sentait que les infos devaient circuler pour que les expressions de solidarité se multiplient. Nous avons tenu ce rythme pendant six mois, puis après une petite pause de fin d’année, le projet est passé à un format plus grand, plus beau, moins fréquent, ce qui nous permet d’élargir un peu la perspective, de creuser non seulement dans les infos mais aussi de sélectionner et traduire des analyses, des critiques, des entretiens, des bouts d’histoire de la région et de ses luttes.

Nous tenons à souligner, de nouveau, que nous ne sommes expert.e.s ni en géopolitique, ni en quoi que ce soit, et pour la plupart nous ne sommes pas Kurdes ni n’avons habité au Kurdistan. Ce n’est pas toujours évident pour nous de comprendre la complexité de ce bout du « Proche Orient » dans lequel vivent et résistent les populations kurdes, qui sont, en plus, traversées par les problématiques propres à chacun des quatre États-nations qui divisent le Kurdistan. L’équipe du Merhaba Hevalno est composée principalement de personnes d’origines occidentales, vivant toute en France, à des kilomètres du Kurdistan, dans des positions privilégiées, loin des bombes et de la répression quotidienne vécue par les militant.e.s et les populations kurdes à des niveaux qu’on a du mal à imaginer depuis nos vécus. Nous sommes traversé.e.s en permanence par des questions de légitimité à trier ce que nous relayons.

Dès lors, nous priorisons la parole directe, les témoignages et les analyses formulées par des Kurdes, mais nous faisons forcément des choix éditoriaux qui dépendent de nos propres filtres et qui prennent une certaine distance de la propagande des partis. Et mis à part l’édito, tous les articles que nous publions sont des traductions d’articles soit publiés par des personnes vivant au Kurdistan et traduit en anglais (qu’ensuite nous traduisons en français), soit par des personnes vivant ailleurs, en grand partie en Occident, et qui sont en général originaires de la Turquie ou d’un des trois autres États-nations dans lesquels se trouve le Kurdistan. Qu’il s’agisse de parlementaires HDP ou DBP, d’un.e jeune camarade rencontré.e dans les rues de Amed, ou d’un.e français.e partie rejoindre les combattant.e.s kurdes en Syrie, nous avons essayé de publier un entretien dans chaque numéro de la revue.

Ainsi, des entretiens avec des responsables des partis et mouvements politiques (n°4, 6) aux textes de fond sur le fonctionnement concret des systèmes d’administration autonomes (n°2, 3, 5) en passant par les analyses et des nouvelles des situations complexes, des luttes et des répressions des kurdes LGBTI+ (n°6, 11) ainsi que des interviews avec des journalistes de l’agence de presse des femmes JINHA (n°4), nous essayons de donner un maximum de pistes pour comprendre la complexité des situations là-bas à travers une analyse selon laquelle toutes ces luttes sont inextricablement entremêlées les unes dans les autres.

Malgré le fait que nous ne sommes pas forcément passionné.e.s par les analyses géopolitiques, nous nous sommes néanmoins rendu.e.s à l’évidence que, pour publier un bulletin comme celui-ci, nous sommes obligé.e.s de passer par ces analyses, pour mieux comprendre la situation et pour donner plus de pistes de compréhension à ceux et celles qui la lisent. Pour ceux et celles qui souhaitent se rattraper, nous recommandons la lecture des articles publiés dans les numéros 3, 7 et 9. Le n°9 traite surtout des enjeux complexes autour de la bataille pour Mossoul, qui est d’ailleurs toujours en cours et dont nous continuons à parler dans ce numéro-ci.

Pour le coup, l’ampleur du mouvement des femmes en Kurdistan est pour nous un des éléments très important de ce qui se déroule au Kurdistan. Au-delà des images très romantiques et réductrices des femmes armées de leurs kalachnikovs résistant contre les «barbares», la place que prennent de multiples structures de femmes dans les luttes au sein de la société civile est extrêmement impressionnante et nous n’en entendions que très peu parler. Pour tenter de remédier à ce manque, nous avons, par exemple publié, dans les 4e et 5e numéros de ce mensuel, un long article écrit par une délégation de femmes partie au Bakur en mars 2016. Aussi, pour mener une véritable solidarité envers ce mouvement ainsi que s’en inspirer pour nos luttes ici, il nous semble judicieux de connaître les structures et fonctionnements de ces mouvements, ainsi que les discours qui les soutiennent : publier de nombreux articles sur les différents aspects du mouvements des femmes aux 4 coins du Kurdistan nous a donc semblé bien pertinent. Et certains textes, comme celui publié dans le 8e numéro et intitulé « Les femmes du Rojhilat contre le sexisme », peuvent directement faire écho aux propos des camarades des milieux de l’« ultra-gauche » d’ici.

Nous espérons que ce modeste bulletin participera à la solidarité avec la lutte actuelle au Kurdistan et avec la remise en cause profonde et radicale du patriarcat, du capitalisme et de l’Etat nation qui s’exprime quotidiennement en son sein. A propos de solidarité depuis l’Occident, nous avons plusieurs fois proposé des textes de la militante kurde Dilar Dirik : dans le numéro 6 de juillet 2016, nous avions traduit son texte « Confronter les privilèges : de la solidarité et l’image de soi » que nous vous recommandons de lire et relire. Dans cette même veine, et toujours dans le n° 6, nous avions traduit un texte appelé « Appel à une solidarité critique », écrit par une délégation de personnes d’origines occidentales et dans lequel elles appellent à un renforcement de la solidarité envers les mouvements révolutionnaire en Kurdistan tout en restant critique et évitant le piège du soutien aveugle à une lutte lointaine.

Enfin, pour finir, nous souhaitons remercier tout un tas de personnes, tout.e.s celles et ceux qui prennent le temps de lire ce bulletin, de l’imprimer, de le distribuer, d’en parler, d’envoyer le lien internet à leurs ami.e.s. N’étant pas encore sur facebook, nous ne savons pas trop si on nous y « like » ou pas, mais en tout cas on voudrait remercier notre chère camarade du site Kedistan.net pour tous ses efforts à publier notre bulletin sur son site internet et de le relayer sur les réseaux sociaux. Et, comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, nous sommes toujours intéressé.e.s par les avis des lecteurs et lectrices, et il ne faut pas hésiter à nous écrire à actukurdistan@riseup.net.

Et pour vraiment finir, voici un bout de l’édito du tout premier numéro du Merhaba Hevalno mensuel, dont les mots ont toujours autant de pertinence aujourd’hui qu’il y a un an :
« Nous pensons à toutes celles et ceux qui, dans leurs montagnes, dans leurs quartiers, à la campagne ou en ville, résistent et se battent pour que le peuple kurde, ainsi que ses luttes et sa résistance, ne se fassent ni enterrer par les États et groupes réactionnaires du MoyenOrient, ni récupérer par les puissances coloniales occidentales, dont bien sûr « notre chère » France fait partie. Nous saluons aussi toutes celles et ceux qui se mobilisent déjà en Europe pour que cette révolution continue à faire écho ici, et pour qu’elle ne tombe pas dans l’oubli ni dans la déchetterie de l’ignorance générale créée par les médias classiques. Nous espérons, enfin, que cette publication puisse donner, si petit qu’il soit, un souffle à l’élan de solidarité avec les mouvements kurdes, et que les mots puissent renforcer et nourrir nos luttes à nous tout-e-s, là-bas comme ici. »

Bonne lecture !
SOMMAIRE

Edito p. 2
Des nouvelles de Diyarbakır p. 3
Dilek Öcalan, objet d’un mandat d’arrestation p. 5
L’inefficacité de l’armée turque en Syrie p. 8
Une coopérative de femmes au Rojava p. 9
Les conséquences des divisions partisanes des forces armées dans la région kurde d’Irak p. 11
Soutien à Pinar Selek, pour un acquittement définitif p. 14
L’artiste, la censure et l’oiseau p. 17
Deux livres sur le Kurdistan p. 18
Glossaire & carte p. 19
Agenda… p. 20

* * *

Nous voudrions, en publiant ce bulletin Merhaba Hevalno, mettre en mots et en acte notre solidarité avec les mouvements de résistance au Kurdistan.

Ce bulletin mensuel autour de l’actualité du Kurdistan est notamment rédigé depuis la ZAD de NDDL, mais pas seulement ! Un certain nombre de camarades de Toulouse, Marseille, Angers, Lyon et d’ailleurs y participent…

Pour nous contacter : actukurdistan[at]riseup.net